Le Prodece vise l’amélioration de l’employabilité de 6500 jeunes sur une période de 5 ans

L’employabilité au centre des préoccupations

 

Sous la houlette de l’Office national de l’emploi, le Projet de développement des compétences et de l’employabilité (Prodece) a été présenté aux opérateurs économiques membres de la Chambre de commerce du Gabon.

La rencontre à la Chambre de commerce a été une occasion de présenter aux responsables de petites et moyennes entreprises les différentes offres et les caractéristiques du Projet de développement des compétences et de l’employabilité.

Près d’une centaine d’entreprises issues de différents secteurs d’activités a été représentée lors de la séance tenue à la Chambre de commerce. «Il y a certaines entreprises qui sont prêtes à recruter les jeunes. J’ai également vu certains qui estiment que le programme est adapté à leur besoin compte tenu du contexte économique qui est un peu difficile. C’est une opportunité pour les entreprises», a déclaré Séverin Lekoumba, Conseiller technique du directeur général de l’Office national de l’emploi, lors de la session d’information.

Des participants à la séance sont convaincus que le Prodece, qui est destiné aux jeunes de 16 à 34 ans, peut contribuer à l’amélioration de l’employabilité des jeunes. Mais ils ont besoin de suffisamment de temps de réflexion avant d’adhérer effectivement à la démarche proposée.

Il s’agit cependant d’une « opportunité pour les entreprises d’avoir une main-d’œuvre à moindre coût, mais également de former les jeunes, afin d’améliorer leur employabilité », a continué Séverin Lekoumba.

A noter que ce projet financé par la Banque Mondiale à hauteur de 100 millions de dollars a, entre  autres, comme objectif la réhabilitation de 21 lycées techniques et centres de formation et le développement des compétences dans les secteurs porteurs de croissance au Gabon.

Le Prodece vise aussi l’amélioration de l’employabilité de 6500 jeunes sur une période de 5 ans, soit 3500 diplômés des écoles d’enseignement technique et de formation professionnelle et 3000 jeunes déscolarisés.