Renforcement de l’insertion professionnelle et sociale ainsi qu’à l’autonomie financière des jeunes vulnérables par le Japon 

Ce soutien se matérialise à travers un protocole d’accord signé par l’ambassadeur du Japon au Congo et le directeur régional de l’association Aide à l’enfance, la semaine dernière, à Brazzaville.

Celui-ci concerne le financement du projet de réhabilitation et équipement des ateliers de l’hôtellerie -restauration, broderie Ouest africaine ainsi que la construction du bâtiment scolaire du Centre de formation professionnelle des jeunes des familles pauvres de Brazzaville.

Le financement s’élève à quatre-vingt-six mille cinq cent quarante-deux dollars américains. Il s’inscrit dans le cadre du don aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine. Il consiste à agrandir des bâtiments et à fournir des équipements nécessaires au Centre de formation professionnelle des jeunes des familles pauvres de Brazzaville.

Ce projet permettra à ce centre d’augmenter sa capacité d’accueil des étudiants, d’ouvrir de nouvelles filières en hôtellerie et couture. Il contribuera au renforcement de l’insertion professionnelle et sociale ainsi qu’à l’autonomie financière des jeunes vulnérables.

L’ambassadeur du Japon au Congo, Hiroshi Karubé s’est dit confiant, la formation professionnelle est primordiale pour le développement d’un pays, car les ressources humaines qualifiées sont le moteur de la croissance économique.

Il a demandé à l’association « Aide à l’enfance » d’accomplir ce projet dans un délai de six mois tel que prévu dans le contrat, et d’entretenir les infrastructures et équipements qui seront fournis.

Pour sa part, le directeur régional de l’association de « Aide à l’enfance », Emmanuel Eli Aimé Sangou, a par ailleurs remercié le gouvernement Japonais pour cette aide louable non remboursable. « Le bâtiment, construit à peine en 2006, présente des fissures au niveau de la toiture et des murs.  Le nombre des salles de classe ne répond plus au nombre de demandeurs. La réhabilitation du bâtiment, l’élévation d’un niveau et l’équipement de deux ateliers nous permettront de recevoir trois cents jeunes apprenants à la prochaine rentrée scolaire.  Ce projet permet aux jeunes Congolais d’apprendre des métiers techniques générateurs d’emplois et de revenus afin de se soustraire du chômage et de la pauvreté. », a-t-il signifié. Et d’ajouter « Un contrôle strict sera effectué ensemble avec l’ambassade du Japon auprès de l’Entreprise de construction pour que les objectifs assignés soient totalement atteints ».

Ce projet est régi par une convention de coopération avec le gouvernement congolais représenté par le ministère de la Jeunesse depuis 2003 en partenariat avec le ministère de l’Enseignement technique et de la formation qualifiante. Ce projet fait partie de l’amélioration de l’accès aux services sociaux de base, l’un des axes prioritaires de la coopération japonaise en Afrique abordé à la sixième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique.

Signalons que le Japon a financé en collaboration avec l’Unicef 1 et le Pnud 2 de 2015 à 2017 dans le cadre du budget rectificatif du gouvernement du Japon deux projets relatifs à la formation professionnelle pour un montant d’un million cinq cent mille dollars américains destinés à cinq départements du Congo, à savoir : Brazzaville, Pointe noire, la Sangha, la Likouala et le Pool.

Rosalie Bindika