SÉNÉGAL     

Contexte

De 2015 à 2018, l’appui de l’OIF puis de l’IFEF s’est inscrit dans les priorités de la Politique sectorielle de développement de la formation professionnelle et technique, de l’apprentissage et de l’artisanat 2017-2021 de la FPT mise en œuvre par le Ministère de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat du Sénégal.

Les priorités sont divisées en 4 objectifs stratégiques. L’IFEF s’est inscrite dans trois d’entre eux.

Résultats

Objectif stratégique 1 – Développer l’offre de formation professionnelle et technique de qualité, équitablement accessible à tous et répondant au besoin du marché de l’emploi

1 – Appui à la réforme des contenus de programmes pour les bac technologiques STIDD (mécanique et électronique et électrotechnique) et STEG (gestion) en y intégrant la démarche de l’Approche par les compétences (APC).

Depuis septembre 2016, le nouveau programme du Bac STEG est enseigné dans l’ensemble des écoles professionnelles publiques et privées du Sénégal. A terme, 30 000 élèves sont concernés.

Pour le Bac STDD (maintenance industrielle), la Banque Mondiale a soutenu cette réforme en équipant 3 des 6 lycées techniques qui délivrent ce Bac. Six enseignants ont été formés à ces équipements. L’ouverture des classes se fera en septembre 2018 dans les 3 Lycées équipés.

2 – le développement de la formation à distance en APC pour les enseignants de la FPT

20% des programmes de FPT au Sénégal qui suivent la pédagogie de l’APC sont délivrés par 250 enseignants dont 60% n’ont reçus aucune formation pédagogique. En 2015, l’Ecole nationale supérieure pour l’enseignement professionnel et technique (ENSEPT), avec l’appui de l’OIF, de l’association Jeune Entreprise de Recherche (JER) et du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB), a élaboré les contenus des formations à distance qui doit se poursuivre en 2018.

Objectif stratégique 2 – Renforcer l’offre de formation par apprentissage

3 – Le Sénégal a participé à l’élaboration d’un guide des meilleures pratiques en gestion pour la FPT et pour l’apprentissage

Le Sénégal, le Mali, le Bénin et la Suisse ont été les 4 pays retenus pour apporter leurs contributions dans leur manière de gérer, piloter, financer, moderniser leur dispositif de FPT et leur apprentissage. Plusieurs missions d’études se sont effectuées dès 2015 et le guide a été rédigé en 2016 et diffusé à l’ensemble des partenaires en 2017. 

Objectif stratégique 4 – Améliorer la gouvernance du secteur de la formation professionnelle et technique, de l’apprentissage et de l’artisanat

4 – Transfert d’expertise pour l’élaboration du Plan annuel de performance 2014-2016 pour la mise en œuvre de la politique de FPT : en s’appropriant le logiciel de management SYMAP, développé par l’OIF, le Ministère a pu élaborer ce plan qui est opérationnel depuis fin 2014. Avec les formations et l’outil informatique, les cadres du MFPAA modernisent en continu leur dispositif de FPT pour mieux répondre aux besoins du marché de travail en qualifications;

5 – l’élaboration d’un plan de renforcement de capacités des cadres nationaux, régionaux et locaux (chefs de centres de formation) pour le Ministère de la FPT en partenariat avec la Coopération Luxembourgeoise (LuxDev) et la Coopération Canadienne :  dans ce partenariat, l’OIF a mis à la disposition du Ministère son expertise afin de permettre aux acteurs du Ministère d’élaborer un plan de renforcement des capacités (en pilotage,  planification / budgétisation, négociation, évaluation). Toutes les formations ont eu lieu en 2015.

En outre…

6 –  Amorce pour l’organisation des Olympiades des métiers (Worldskills) au Sénégal

En partenariat avec Worldskills France, l’organisation des Olympiades des métiers a été évoquée en 2016. Ces Olympiades permettent aux jeunes de métiers donnés de concourir pour gagner un prix qui récompense leur excellence. Ces Olympiades, par leur couverture médiatique et par l’engagement des entreprises, qui prennent 80 % des coûts de l’événement en charge, devront améliorer l’image de la FPT, faire connaître le niveau des compétences des jeunes formés et encourager leurs recrutements par les entreprises. Pour des raisons liées au faible engagement des partenaires locaux, cette activité sera réalisée en 2019.