Un foodtruck pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes

Apprendre en travaillant, se former dans les métiers de la cuisine, c’est l’objectif de la Brigade des Gônes et du foodtruck pédagogique qui existent depuis avril 2018 à l’Institut thérapeutique éducatif et pédagogique de Meyzieu (Itep).

Johann Boudon directeur de l’Itep de Meyzieu, Rémy Hupin le stagiaire et Marie Fabien Briel, éducatrice dans le camion aménagé un jour ordinaire de vente sur le parking de ECF à Vaulx-en-Velin. Photo Le Progrès/Christian GIZON Johann Boudon directeur de l'ITEP de Meyzieu, Rémy Hupin le stagiaire et Marie Fabien Briel Briel éducatrice dans le camion aménagé un jour ordinaire de vente sur le parking de ECF à Vaulx en Velin.  Photo Christian Gizon

« Il s’agit d’un camion, que nous posons trois fois par semaine sur des sites d’entreprise et qui fournit aux salariés de véritables repas, sous forme de bocaux. La Brigade des Gônes, ce sont les jeunes qui fabriquent un menu par semaine dans la cuisine de l’Itep sous la direction de deux éducatrices formatrices. Les plats sont conçus avec des produits frais, issus de producteurs locaux. Nos élèves cuisinent et vendent chacun à leur tour, se retrouvant ainsi en situation réelle de formation. C’est grâce à la taxe d’apprentissage que nous avons pu acheter ce foodtruck neuf et tout équipé. »

Pourquoi ce concept ?

« Notre établissement accompagne des adolescents porteurs de troubles spécifiques du comportement et des apprentissages. Le projet est parti d’un constat : la difficulté de passer du collège aux exigences de l’enseignement professionnel provoquant une rupture.

Notre objectif est l’insertion professionnelle de ces jeunes. Ils se préparent chez nous aux métiers de la cuisine et de la vente. Grâce à cet outil, ils sont en condition de travail réel, avec un statut de stagiaire et vivent des charges horaires et contraintes identiques à un emploi. L’objectif est que ces jeunes prennent conscience de leur capacité, prennent confiance, découvrent un métier et construisent un projet professionnel. »

Quel bilan neuf mois après la création ?

« Nous avons de très bons retours de la clientèle, sur la qualité des plats et le service. Nous envisageons de développer la fourniture de repas pour événementiel. Ce projet doit être vertueux et nous devrions atteindre l’équilibre financier grâce aux produits de la vente. »

(1) L’œuvre des Villages d’Enfants (OVE) a été créée en 1944 a d’abord pris en charge des enfants victimes de la guerre. Ses valeurs sont fondées sur le refus de l’exclusion. La fondation OVE gère actuellement un dispositif de 90 établissements, accompagne 5 000 personnes grâce à ses 2500 salariés partout en France.